Cabinetmedical

Fiduciaires


Médecin et fiduciaire, une relation de confiance

Benoît Perrier, Le Monde du Médecin, Le Médecin et l'argent, No 1 avril 2015. Article reproduit avec l'aimable autorisation des éditions Médecine & Hygiène.


Impôts, comptes, bouclements. Le tour de la relation entre le médecin à son compte et sa fiduciaire. La fiduciaire n'est pas qu'un prestataire à qui l'on livre chaque année des comptes et qui fournit en retour une déclaration d'impôts. C'est aussi bien davantage, explique Vincent Hegetschweiler, expert-comptable et fiscal diplômé, associé à la société fiduciaire Vigilis à La Chaux-de-Fonds. Au centre de la relation entre le médecin et son mandataire, il y a en effet un dialogue. Celui-ci démarre dès l'ouverture d'un cabinet : il est crucial pour la planification financière et susceptible d'aplanir, voire d'éviter bien des obstacles. Les réponses du spécialiste à cinq questions fondamentales.

 

Est-on obligé de recourir à une fiduciaire?

Non. Les cabinets médicaux ne sont, en principe, pas soumis à la révision des comptes. Et ce même s'ils sont organisés en SA ou en SARL. En effet, celles-ci ne sont obligées de présenter des comptes révisés que si elles emploient plus de dix collaborateurs à plein-temps.

Toutefois, pour un médecin à son compte, le recours à une fiduciaire n'en est pas moins fortement recommandé, pour le bouclement annuel et la déclaration d'impôts, et parfois aussi pour la comptabilité.

En son sein ou dans son réseau, la fiduciaire doit compter sur une équipe de spécialistes capables de mettre à disposition le collaborateur le plus adapté en termes de compétences et de coût et faire face à la densification des réglementations.

 

Quand s'adresser à une fiduciaire?

Le faire dès l'installation en cabinet permet d'éviter des écueils. Quand nous n'intervenons pas dès les débuts, il arrive souvent que le médecin ait payé trop d'impôts ou, à l'inverse, sous-estimé ce qu'il doit à l'AVS. Cela peut induire de gros rattrapages que notre conseil permet de prévenir.

La collaboration avec une fiduciaire est une relation à long terme. A chaque bouclement et pour chaque déclaration, nous discutons des éléments principaux avec le médecin et nous le rendons attentif à l'évolution des chiffres-clé, comme le chiffre d'affaires, les charges de personnel ou la prévoyance.

L'exercice indispensable de budgétisation des exercices suivants doit permettre d'ajuster les acomptes d'impôts et d'AVS pour éviter des décomptes finaux rétroactifs douloureux. Ce d'autant plus que le système suisse de prévoyance actuellement en vigueur permet de défiscaliser une grande partie voire la totalité des revenus non nécessaires au train de vie !


Comment la choisir?

Contrairement aux cabinets médicaux, l'ouverture d'une fiduciaire qui ne propose pas de service de révision n'est pas réglementée en Suisse. De même, les titres d'expert-comptable et d'expert fiscal ne sont pas protégés, contrairement à ceux d'expert-comptable diplômé et d'expert fiscal diplômé. Le médecin se doit de trouver un mandataire qualifié. Il peut se baser sur l'appartenance de la fiduciaire aux associations professionnelles, Fiduciaire Suisse et la Chambre fiduciaire. C'est un gage de qualité, notamment en matière d'obligation de formation continue.

 

Combien ça coûte?

Les tarifs dépendent du temps que demande le mandat, de sa complexité, des qualifications des collaborateurs impliqués dans le traitement du dossier et des tarifs de la région. Pour des travaux comptables et hors bouclement, il faut compter entre 100 et 150 francs hors taxe par heure.

La durée de réalisation d'une déclaration ou d'un bouclement dépend principalement de l'organisation des pièces que fournit le client. Selon que les informations sont correctement présentées ou non, la comptabilisation de l'activité d'un médecin indépendant peut prendre un ou trois jours.

 

Peut-on faire une partie de ce travail soi-même?

Il y a des médecins qui établissent leur propre comptabilité. Ce n'est, à strictement parler, pas difficile et cela facilite beaucoup la planification de la future taxation. Mais cela nécessite une implication de l'intéressé. S'il le fait seulement pour réduire ses coûts, il prend le risque que, au bout du compte, sa déclaration demande plus de travail que si une fiduciaire l'avais réalisée de A à Z.

Aux clients qui le désirent, nous proposons également de former le médecin, son conjoint ou un proche collaborateur à la comptabilité. C'est un investissement au départ mais assurément une plus-value par la suite.

  

En complément aux prestataires présentés dans la rubrique Banques, vous trouverez ci-dessous des informations sur les fiduciaires actifs dans le monde médical.


2b Partners SA (Genève)

2b Partners SA est une société fiduciaire genevoise qui accompagne les médecins à chaque étape de leur activité professionnelle : ouverture du cabinet médical, gestion et transmission du cabinet médical. En savoir plus.


Caisse des Médecins

La Caisse des Médecins fournit aux professionnels de la santé des prestations dans de nombreux domaines. Son service ComptaMED propose son savoir-faire en matière de comptabilité et des salaires. En savoir plus.


Vigilis S.A (Neuchâtel - Jura)

Vigilis S.A. est dirigée par un trio d'associés experts-comptables, des interlocuteurs de confiance, passionnés par leur métier. Vigilis S.A.  peut, au-delà de l'assistance dans l'exécution des obligations légales, vous conseiller pour bénéficier des opportunités offertes par la législation notamment en matière de planification fiscale. En savoir plus.